La séance plénière des 31 mai et 1er juin a encore été l’occasion de mesurer combien Valérie Pécresse est loin de se consacrer à 100% à la Région, à l’inverse de ce qu’elle affirme régulièrement.

Au quotidien, l’agenda personnel de la présidente perturbe le fonctionnement de notre institution. On l’a vu ainsi adapter l’ordre du jour de la commission permanente pour lui permettre de vaquer à ses occupations. En conséquence, les dysfonctionnements deviennent alarmants et contrarient notre travail. Erreurs dans les rapports, vote de l’urgence de manière injustifiée, retards en pagaille, vote de la composition d’Île-de-France Mobilités (ex-STIF) annulé pour une erreur grossière de procédure ou encore séance plénière ajournée faute d’un nombre suffisant de conseillers de la majorité présents dans l’hémicycle, les exemples ne manquent pas.

Pourtant, l’Exécutif s’est saisi de cette occasion pour annoncer son « pacte agricole », vaste livre blanc pour l’agriculture francilienne jusqu’à l’horizon 2030 dont on ne saurait contester l’importance. Mais comment débattre sereinement d’un sujet d’une telle importance quand les rapports ne sont pas publiés dans les délais réglementaires mais parfois remis en pleine nuit, à la dernière minute ? Quand ils ne peuvent être débattus en commission et quand même le Conseil Économique Social et Environnemental Régional se trouve dans l’incapacité d’émettre un avis et refuse de le faire ? Quand ce livre blanc se contente finalement d’énumérer de vagues promesses, sans budgétisation ni calendrier de travail ?

Mais Valérie Pécresse a encore une fois préféré la forme au fond et faire de l’affichage politique, en se saisissant d’une polémique dans la presse pour faire voter une modification du règlement intérieur interdisant le port de signes ostensibles dans l’hémicycle. La question de la laïcité mérite mieux que cette instrumentalisation politicienne et carriériste. Nous espérons à l’avenir que l’Exécutif saura faire une meilleure utilisation du temps des services de la Région, déjà visiblement débordés.

À l’heure où l’État s’apprête à réformer la formation professionnelle, à l’heure où nos agriculteurs sont menacés par la diminution de la PAC, les Franciliennes et les Franciliens ont besoin d’une Région forte à leurs côtés. Face à l’abandon manifeste de la droite, c’est leur voix que notre groupe, Ensemble l’Île-de-France, continue de porter, en commission comme en séance plénière.

 

Lire l’article sur: https://ensemble-idf.fr/2018/06/07/couacs-serie-communication-partisane-desinteret-de-valerie-pecresse-lile-de-france-commence-a-se-voir/