Lutte contre les rodéos motorisés : une proposition de loi a été adoptée par le Senat fin juillet qui vise à renforcer la prévention et la répression des rodéos motorisés en :
  • créant une infraction spécifique afin de réprimer les comportements compromettant délibérément la sécurité ou la tranquillité publique
  • incriminant le fait d’inciter directement à la participation à un rodéo, de l’organiser ou d’en faire la promotion ;
  • introduisant des peines complémentaires destinées à renforcer l’arsenal de prévention.
A ce jour, n’étant pas définis juridiquement de manière spécifique, les rodéos motorisés ne constituent pas une infraction en soi, ce qui rend malaisée l’intervention des forces de l’ordre. La lutte contre ce phénomène en recrudescence nécessite de recourir à la commission d’infractions connexes tels que le défaut de permis de conduire, l’excès de vitesse, le refus d’obtempérer, la mise en danger délibéré de la vie d’autrui ou les dégradations volontaires.
Je salue l’adoption de cette proposition de Loi qui crée une infraction spécifique pour lutter contre les rodéos motorisés et permet d’appréhender de manière rapide et efficace ce phénomène qui constitue une véritable calamité en terme de sécurité publique!
 
A Châtillon largement touché par ce phénomène, il s’agit non seulement d’une nuisance sonore répétitive mais aussi d’un danger notamment pour les piétons et les cyclistes aux abords du tramway T6.
La principale difficulté réside dans les modalités d’intervention sur un groupe d’individus motorisés et très mobiles sans que l’action de la police ne dégénère.Peut-être est-il souhaitable d’expérimenter la vidéo-verbalisation dans le cadre des rodéos sauvages qui présente un outil intéressant pour favoriser l’interpellation des individus sans risque de dommages collatéraux.

Néanmoins, cette évolution législative restera partielle si elle n’est pas accompagnée d’outils de prévention cohérents et de moyens d’action. Les politiques de prévention constituent une thématique centrale de la politique de la ville dont Châtillon, ville de plus de 37000 habitants aux portes de Paris, doit enfin s’emparer!