En ce 13 novembre, je souhaite rendre hommage aux victimes du Bataclan, du stade de France et des terrasses parisiennes, tombées il y’a 3 ans sous les balles d’abjectes terroristes venus défier la France pour sa Liberté. J’aimerais également avoir une pensée pour les familles des victimes brisées et qui doivent apprendre à vivre sans leur proche dont la vie a été volée. Pensées enfin à tous les blessés et ceux qui vivent encore aujourd’hui dans leur chair avec les stigmates de cette soirée funeste.
A ce titre, il me paraît important de relayer le travail de Stephane Jacquot, auteur châtillonnais du livre « Pardonner l’irréparable « , spécialiste des questions de justice réparatrice et grand humaniste qui a érigé la résilience en projet de vie et témoigne de ses combats pour lui et toutes les victimes.
Son livre poursuit deux objectifs. Le premier est de proposer des solutions pour améliorer la chaîne pénale en France entravée par la lenteur de l’exécution des peines et par une surpopulation carcérale inopérante. Le second est d’équiper notre pays d’une réponse efficace aux transgressions par davantage de prévention dans les méthodes de la police.