J’ai été alertée par les enseignants de notre ville d’un énième dysfonctionnement qui témoigne du mépris à leur encontre : Les repas (dont la qualité doit d’ailleurs être améliorée!) sont gratuits pour nos enfants et c’est une bonne chose.
Et pourtant les enseignants pourtant mobilisés depuis le début de la crise sanitaire, qui n’ont pas compté leur temps pour remplir leurs missions dans des conditions difficiles, parfois au péril de leur santé, et qui ont repris le chemin de l’école, doivent eux PAYER leur repas!
En effet, plutot occupés à faire campagne et à essayer de justifier leur alliance-contre-nature plutôt que de gérer les affaires de la ville, les Sortants n’ont tout simplement pas prévu d’exonérer les repas de notre communauté éducative!
Les exemples sont multiples de l’absence de prise en compte des demandes de directeurs et enseignants, de l’absence de retours quand ils interpellent les élus sortants, de promesses non honorées. L’épisode de l’étude l’année dernière où il a fallu nous battre en Conseil Municipal pour que leur rémunération soit maintenue pour préserver la qualité de l’accompagnement des enfants était une illustration de ce mépris perpétuel. Idem pour l’exonération du stationnement payant ou un abonnement préférentiel que nous demandions et qui n’ont jamais été obtenus…
Il faut reprendre le dialogue avec toute la communauté  éducative et retrouver une confiance qui s’est effilochée ces dernières années.
Comptez sur moi et mon équipe dès le 28 juin pour assurer un dialogue permanent et constructif avec ceux qui assurent l’apprentissage de nos enfants.
« Une semaine, une école », je me déplacerai ainsi chaque semaine dans une école à la rencontre de tous nos enseignants mais aussi de ceux qui oeuvrent au quotidien pour nos enfants : atsem, animateurs…
Dès le 28 juin, Il est temps d’ouvrir une nouvelle page pour Châtillon!