Parking de stationnement vide en pleine journée.

La Municipalité a organisé une réunion ce vendredi 12 avril sur la mise en place du stationnement payant dans notre ville.

Notre ville aux Portes de Paris et disposant de plusieurs terminus de transports doit voir son stationnement réglementé pour éviter les dérives de ces dernières années avec notamment de nombreuses voitures ventouses qui stationnaient pendant de longues périodes en totale impunité…

C’est sur la base d’un plan de déplacement et de circulation que devaient se mettre en place ce projet, en concertant la population et tous les acteurs de notre quotidien comme les commerçants, les artisans, les personnels de santé, les intervenants extérieurs….

Or, c’est dans la précipitation, sous contrainte et sans aucune concertation que la Municipalité actuelle a décidé unilatéralement avec un délégataire privé de réglementer l’usage de certains secteurs, de fixer des tarifs prohibitifs, sans prendre en compte les besoins réels et sans pragmatisme…

Rappelons ici que nous sommes opposés à la mise en place du stationnement payant actuel nécessité exclusivement pour parer à la mauvaise gestion de la délégation de service public du parc de stationnement Maison Blanche déficitaire à hauteur de 4 millions d’euros. En effet, par un avenant numéro 3 au contrat initial de délégation de 1999, la ville n’est plus souveraine quant au choix de son périmètre de stationnement et des tarifs appliqués et l’ensemble des recettes de stationnement sont empochés par ledit délégataire pour combler ses pertes.

A ce titre, nous avons voté contre les délibérations mettant en place ce  stationnement payant et avons introduit un recours devant le Tribunal Administratif afin de revenir à une pleine souveraineté quant à la gestion de notre espace public allant dans le sens de l’intérêt des Châtillonnais !

Nous avions également déposé un vœu en décembre dernier demandant l’ajournement du stationnement payant mis en place eu égard aux nombreux dysfonctionnements constatés, vœu malheureusement rejeté par la Municipalité.

Nos différentes actions n’étant pas suspensives et le paiement effectif dans notre ville pour la population, nous avons néanmoins choisi d’assister à la réunon organisée par la Municipalité pour faire remonter un certain nombre de problématiques sur la base d’un questionnaire rempli par quelques centaines d’habitants.

Ont ainsi été soulevés les points suivants :

  • insuffisance de la gratuité qui préjudicie aux commerçants
  • prix exorbitants du stationnement passés la 2ème heure pleine
  • absence de tarifs préférentiels pour tous les Châtillonnais
  • absence de prise en compte des intervenants extérieurs à la ville (Communauté éducative, artisans…)
  • absence de prise en compte des besoins des personnels de santé (gratuité définie heure par heure…)

Il a ainsi été acté quelques petites pistes d’améliorations (toujours évidemment sous réserve de l’accord du délégataire!) :

  • 30 minutes de gratuité au lieu du quart d’heure actuel
  • étude de la gratuité le midi pour favoriser le commerce local et le samedi toute la journée (que les Châtillonnais puissent recevoir leur familles notamment)
  • entrée dans la 3ème heure moins chère pour favoriser le commerce long (coiffeur, restaurateur)
  • étude d’un système plus pertinent pour les soignants plutôt que relancer la gratuité toutes les heures alors que parfois ils sont en soin
  • possibilité d’ouvrir des stationnements pérennes dans les parkings appartenant à l’Office Public de l’Habitat (notamment le parking République)
  • possibilité d’échelonner mensuellement le règlement de 220e pour les abonnements en zones vertes
  • étude d’abonnements pour la communauté éducative en zone verte

Concernant la mise en place « d’un tarif résidents » pour tous les Châtillonnais, même dans l’actuelle zone rouge, cela ne semble pas être à l’ordre du jour de la Municipalité, le but étant de réussir « à remplir les caisses ».

C’est en effet une contrainte financière qui a obligé ce système de stationnement payant et la ville est liée par une obligation de résultats financiers auprès du délégataire…sous peine de devoir étendre davantage et le périmètre du stationnement payant à d’autres zones et d’augmenter davantage les tarifs.

Nous avons ainsi fait part de notre inquiétude sur ce dernier point, les zones rouges étant très peu occupées certainement liées au montant prohibitif de l’occupation et les abonnements assez faibles, comment garantir que d’ici quelques temps, les Châtillonnais ne seront pas à nouveau mis à contribution sur de nouvelles zones et avec des montants plus élevés.

Dans l’attente de l’instruction de notre recours, plus que jamais, restons mobilisés!