Cette année encore, de nombreux jeunes lycéens n’ont pu voir leur choix validé quant à l’affectation au Lycée Monod, ce lycée étant déjà largement saturé.

Alors que nos jeunes sont impactés par des temps de transport supplémentaires, certains élus étant ou ayant été en responsabilité assument de refuser de mener le combat pour un lycée à Châtillon et se cachent derrière la polémique et des arguments fallacieux. Certes, la construction d’un lycée n’est pas que de la seule compétence d’une Commune et c’est à la fois la Region et l’Education nationale qui sont décisionnaires. Mais là où il y’a une volonté, il y’a un chemin et j’assume totalement de me battre de toutes mes forces au côté des Parents d’élèves pour un lycée à Châtillon.

Je mène ce combat pour notre ville depuis mon élection comme conseillère régionale en décembre 2015 et ce, en étant dans l’opposition donc non décisionnaire.

Des lors que le plan pluriannuel d’investissement de la Région Ile-de-France a été rendu public en 2017 sur la programmation de construction ou de rénovation des lycées franciliens, je n’ai eu de cesse d’interpeller la majorité régionale sur cette question mais faute d’emprise foncière disponible réservée il n’a pas été possible de prévoir de lycée alors même que Monod, lycée de secteur, est surchargé.

Pourtant les Maires du Plessis-Robinson et de Bagneux ont bien prévu des terrains pour que des lycées puissent être construits sur le territoire de leur Commune. Certes, il a été pris en compte la population du bassin territorial concerné dont Châtillon fait partie mais quid des constructions en cours dans tout le secteur et notamment le long de la 906.

Par ailleurs, n’est-il pas indispensable qu’une ville de 40000 habitants puisse aussi bénéficier d’un lycée ?

Il est inacceptable de se satisfaire de la situation pas absence de volontarisme et de trouver des subterfuges pour expliquer l’inertie de l’ensemble des élus qui ont participé à la majorité de JP Schosteck. Depuis plus de 10 ans, les élus d’opposition forts du soutien des parents d’élèves ont alerté sur la nécessité de programmer une réserve foncière pour un lycée quand les élus de la majorité continuaient de voter la dilution de notre patrimoine foncier dans de la promotion immobilière.

Et alors que certains briguent la fonction de premier magistrat de la Commune, ils se résignent par avance à ce qu’il n’y ait pas de lycée public à Châtillon, promouvant un lycée privé pour certains.

Ils se rendent avant même d’avoir mené le combat!

Alors oui, j’agis en élue locale déterminée et investie et continuerai de me battre pour un lycée à Châtillon!

Si je suis élue Maire de la ville, je m’engage à œuvrer pour un lycée dans notre ville même si la Commune n’est pas décisionnaire et même si la construction d’un lycée peut prendre jusqu’à 10 ans.
Gouverner c’est prévoir et je refuse de continuer à voir nos jeunes Châtillonnais sacrifiés sur l’autel de l’immobilisme.

M’attaquer peut soulager certains mais ne les affranchira aucunement de leur responsabilité pendant des années quand nous avons tenté de faire bouger les lignes.

Châtillon doit avoir son lycée, j’y emploierai toute ma détermination et toute mon énergie.